pub
pub

Epanchement pleural liquidien

1. Définition

L'épanchement pleural liquidien est un épanchement anormal de liquide dans la cavité pleurale.

2. Physiopathologie

  • La plèvre est une enveloppe séreuse du poumon qui lui permet de glisser lors des mouvements respiratoires, limitant ainsi les frottements avec la paroi thoracique
  • La plèvre du poumon gauche est indépendante de la plèvre du poumon droit
  • La plèvre est constituée de deux feuillets :
    • Le feuillet pariétal (plèvre pariétale) : recouvre toute la paroi thoracique
    • Le feuillet viscéral (plèvre viscérale) : recouvre toute la surface des poumons sauf le hile
  • Les deux feuillets de la plèvre délimitent entre eux une cavité virtuelle appelée cavité pleurale. La pression négative qui règne dans la cavité pleurale assure l'adhérence des poumons à la paroi lors des mouvements respiratoires
  • La plèvre pariétale secrète entre 5 et 20 millilitres par jour, un liquide qui permet le glissement des deux feuillets pleuraux l'un sur l'autre, limitant ainsi les frottements entre le poumon et la paroi thoracique. Ce liquide pleural est réabsorbé par le réseau lymphatique de la plèvre pariétale
  • L'épanchement liquidien dans la cavité pleurale peut résulter de deux mécanismes :
    • Epanchement liquidien exsudatif : secondaire à une vasodilatation de la paroi pleuro-lymphatique
      • Atteinte inflammatoire et/ou infectieuse
      • Tumeur
      • Traumatisme
    • Epanchement liquidien transsudatif : secondaire à un déséquilibre des pressions hydrostatiques
      • Insuffisance cardiaque gauche
      • Insuffisance rénale
      • Insuffisance hépatocellulaire

3. Etiologies

  • Pleurésie : épanchement liquidien dans la cavité pleurale
    • Epanchement liquidien exsudatif : secondaire à une vasodilatation de la paroi pleuro-lymphatique
      • Atteinte inflammatoire et/ou infectieuse
      • Tumeur
      • Traumatisme
    • Epanchement liquidien transsudatif : secondaire à un déséquilibre des pressions hydrostatiques
      • Insuffisance cardiaque gauche
      • Insuffisance rénale
      • Insuffisance hépatocellulaire
  • Hémothorax : épanchement hémorragique dans la cavité pleurale
  • Pyothorax : épanchement purulent dans la cavité pleurale
  • Chylothorax : épanchement de chyle (lymphe essentiellement issue du tube digestif) dans la cavité pleurale

4. Examens et signes cliniques

  • Douleur thoracique
    • Douleur d'apparition brutale
    • Douleur basi-thoracique
    • Douleur aiguë de type « coup de poignard »
    • Douleur augmentée à l'inspiration
  • Dyspnée à type de polypnée (tachypnée)
  • Toux sèche douloureuse
  • Signes de gravité :
    • Dyspnée à type de polypnée (tachypnée > 30 cpm)
    • Cyanose
    • Hypotension artérielle
    • Tachycardie ou bradycardie
    • Altération de la conscience

5. Examens et signes paracliniques

5.1 Examens biologiques

  • Gazométrie artérielle

5.2 Examens médicaux

  • Radiographie thoracique de face et de profil en inspiration : permet de visualiser l'épanchement
    • Opacité dense et homogène comblant le cul-de-sac pleural
  • Scanner thoracique (Tomodensitométrie : TDM) : permet de visualiser l'épanchement
  • Ponction pleurale : permet une étude macroscopique et cytobactériologique du liquide
    • Couleur jaunâtre : lymphe, cholestérol
    • Couleur brune : abcès hépatique
    • Couleur noirâtre : infection aspergillaire
    • Couleur jaune-vert : épanchement rhumatoïde
    • Couleur rouge : épanchement sanguin
    • Aspect fécaloïde : pleurésie purulente
    • Aspect visqueux : mésothéliome
  • Biopsie pleurale en cas d'épanchement exsudatif : permet l'analyse histologique de la plèvre
  • Thoracotomie exploratrice si étiologie non déterminée par les autres examens

6. Complication

  • Détresse respiratoire

7. Prise en soins

  • Traitement physique :
    • Repos au lit
  • Prise en charge médicale :
    • Oxygène médical
    • Antalgique
    • Antitussif
    • Antibiotique
  • Prise en charge médico-chirurgicale :
    • Ponction pleurale évacuatrice
    • Drainage pleural
  • Prise en charge kinésithérapique :
    • Kinésithérapie respiratoire
  • Prise en charge étiologique
Mise à jour le 19/12/2016
Morgan PITTE
Infirmier
Rédaction EspaceSoignant.com
Bonjour, et bienvenue sur Soins-Infirmiers.com
Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité. C'est votre droit. Tous les services de Soins-Infirmiers.com sont gratuits pour mieux vous accompagner au quotidien.
Sans la publicité qui finance le développement du site, Soins-Infirmiers.com ne peut pas vivre.

Nous vous invitons à désactiver votre bloqueur de publicité lorsque vous êtes sur Soins-Infirmiers.com,
et à recharger la page pour poursuivre votre navigation

Merci de votre soutien !
Recharger la page