Nouveau ! EspaceSoignant.com se réinvente dans une nouvelle version.En savoir plus

Rétrécissement aortique

1. Définition

Le rétrécissement aortique est une valvulopathie qui se caractérise par une diminution de la surface de l'orifice de la valve aortique, inférieur à 0,75 cm2.

Cette affection survient le plus fréquemment chez les personnes âgées.

2. Physiopathologie

La valve aortique se situe entre le ventricule gauche et l'aorte.

  • Orifice normal : 2-4 cm2
  • Le rétrécissement valvulaire provoque un obstacle à l'éjection du sang du ventricule gauche vers l'aorte
  • L'obstacle à l'éjection du sang provoque :
    • Une augmentation de la pression systolique ventriculaire gauche
    • Une hypotension aortique

3. Etiologies

  • Rétrécissement aortique dégénératif
  • Rétrécissement aortique congénital
  • Rétrécissement aortique rhumatismal

4. Examens et signes cliniques

  • Dyspnée d'effort
  • Syncope d'effort
  • Angor d'effort
  • A l'auscultation : souffle systolique

5. Examens et signes paracliniques

5.1 Examens médicaux

  • Echographie-doppler trans-thoracique (ETT) : permet d'affirmer le diagnostic en visualisant le flux et la pression aortique, et évaluer le degré de la sténose
  • Electrocardiographie (ECG) : troubles de conduction de la branche gauche
  • Radiographie thoracique : présence de calcifications valvulaires aortiques

6. Complications

  • Mort
  • Sténose aortique
  • Endocardite infectieuse

7. Prise en soins

  • Prise en charge hygiéno-diététique :
    • Limitation des efforts et de l'activité physique
  • Prise en charge médicale :
    • Antibiotique : prophylaxie de l'endocardite infectieuse
  • Prise en charge chirurgicale :
    • Valve artificielle aortique
Mise à jour le 26/11/2016
Morgan PITTE
Infirmier Cadre de santé
Rédaction EspaceSoignant.com

Références

  • Collège de la Haute Autorité de Santé (HAS) - Service des maladies chroniques et dispositifs d’accompagnement des malades. Guide - Affection de longue durée : " Cardiopathies valvulaires et congénitales graves chez l’adulte ". Juin 2008.