pub

Prise en charge d'une victime inconsciente qui ne respire pas : Réanimation cardio-pulmonaire (RCP)

1. Définition

Une victime est inconsciente et ne respire pas lorsqu'elle ne répond pas aux questions, ne réagit pas à un ordre simple, reste immobile, et lorsque aucun mouvement de la poitrine ou de l’abdomen n’est visible et aucun bruit ou souffle n’est perçu.

L'arrêt respiratoire peut précèder ou être associé à un arrêt cardiaque.

2. Objectifs

  • Assurer l’apport d’air aux poumons (ventilation artificielle)
  • Assurer l'apport d’oxygène aux tissus (compressions thoraciques assurant une circulation artificielle)

3. Procédure

3.1 Protéger la victime

  • Si nécessaire, dégager d’urgence la victime de la zone de danger en toute sécurité
  • Supprimer immédiatement et de façon permanente les dangers environnants
  • Délimiter clairement, largement et visiblement la zone de danger et empêcher toute intrusion dans cette zone

3.2 Apprécier l’état de conscience

  • Poser une question simple, par exemple :
    • « Comment ça va ? »
    • « Vous m’entendez ? »
  • Prendre la main de la victime et demander d'exécuter un ordre simple :
    • « Serrez-moi la main »
    • « Ouvrez les yeux »

La victime ne répond pas ou ne réagit pas : elle est inconsciente.

Evaluation de la conscience

3.3 Appeler « à l’aide »

  • Appeler « à l’aide » afin d’obtenir une aide de la part d’un témoin qui pourra aller alerter les secours

3.4 Assurer la liberté des voies aériennes

  • Si la victime est allongée sur le ventre, la retourner sur le dos pour assurer la liberté des voies aériennes

3.4.1 Méthode n°1 : Bascule de la tête en arrière avec élévation du menton

Libérer les voies aériennes
  • Desserrer ou dégrafer rapidement tout ce qui peut gêner la respiration (boucle de ceinture, bouton du pantalon, cravate et col)
  • Basculer doucement la tête de la victime en arrière et élever le menton :
    • Placer la paume d'une main sur le front pour appuyer vers le bas et incliner la tête en arrière
Bascule de la tête en arrière
    • Placer 2 ou 3 doigts de l’autre main juste sous la pointe du menton, en prenant appui sur l’os et non dans la partie molle du menton, pour l’élever et le faire avancer. On peut éventuellement s’aider du pouce pour saisir le menton
      • La bascule de la tête en arrière et l’élévation du menton entraînent la langue qui se décolle du fond de la gorge et permet le passage de l’air
Elevation du menton
  • Ouvrir la bouche de la victime avec la main qui tient le menton
  • Retirer les corps étrangers visibles à l’intérieur de la bouche de la victime avec la main qui était sur le front, y compris les prothèses dentaires décrochées
Retirer un corps étranger

3.4.2 Méthode n°2 : Elévation du menton sans bascule de la tête en arrière

Chez une victime inconsciente qui présente un traumatisme de la nuque, afin d’éviter tout mouvement de la colonne vertébrale, il est préférable d’élever le menton sans basculer la tête en arrière pour libérer les voies aériennes.

  • Desserrer ou dégrafer rapidement tout ce qui peut gêner la respiration (boucle de ceinture, bouton du pantalon, cravate et col)
  • Se place à la tête de la victime
  • Sans bouger la tête de la victime, placer l’index et/ou le majeur de chaque main juste au-dessous de l’angle de la mâchoire inférieure et au-dessous des oreilles
  • Avec les pouces placés sur le menton, ouvrir la bouche de la victime et pousser vers l’avant la mâchoire inférieure
  • Maintenir cette position pour permettre le libre passage de l’air dans les voies aériennes
  • Retirer les corps étrangers visibles à l’intérieur de la bouche de la victime avec la main qui était sur le front, y compris les prothèses dentaires décrochées

3.5 Apprécier la respiration

  • Se pencher sur la victime, l’oreille et la joue du sauveteur au-dessus de sa bouche et de son nez, tout en maintenant la liberté des voies aériennes :
    • Rechercher avec la joue le flux d’air expiré par le nez et la bouche
    • Rechercher avec l’oreille les bruits normaux ou anormaux de la respiration (sifflement, ronflement, gargouillement)
  • Cette recherche dure 10 secondes au plus

La poitrine ne se soulève pas, aucun bruit ou souffle de la victime n'est perçus : la victime ne respire pas.

Evaluation de la respiration

3.6 Réaliser les compressions thoraciques

3.6.1 Si un tiers est présent

  • Dénuder la poitrine de la victime
  • Déterminer la zone d'appui
  • Réaliser immédiatement 30 compressions thoraciques. La fréquence des compressions thoraciques doit être comprise entre 100 et 120 compressions par minute
  • Immédiatement après les 30 compressions thoraciques, réaliser 2 insufflations de ventilation artificielle
  • Immédiatement après les 2 insufflations, réaliser 30 compressions thoraciques
  • Répéter des cycles de 30 compressions thoraciques suivies de 2 insufflations de ventilation artificielle
  • Faire mettre en oeuvre ou mettre en oeuvre un défibrillateur externe le plus tôt possible et suivre ses indications
  • Poursuivre la réanimation entreprise jusqu'au relais par les services de secours

3.6.1 Si aucun tiers n'est présent

  • Dénuder la poitrine de la victime
  • Déterminer la zone d'appui
  • Réaliser immédiatement 30 compressions thoraciques. La fréquence des compressions thoraciques doit être comprise entre 100 et 120 compressions par minute
  • Immédiatement après les 30 compressions thoraciques, réaliser 2 insufflations de ventilation artificielle : si l'on ne peut pas réaliser les insufflations, poursuivre les compressions thoraciques
  • Immédiatement après les 2 insufflations, réaliser 30 compressions thoraciques
  • Répéter des cycles de 30 compressions thoraciques suivies de 2 insufflations de ventilation artificielle
  • Si un défibrillateur externe est visible, le mettre en oeuvre le plus tôt possible et suivre ses indications
  • Poursuivre la réanimation entreprise jusqu'au relais par les services de secours

3.7 Cas particuliers chez l'enfant et le nourrisson

3.7.1 Cas particuliers chez l'enfant

  • Réaliser 5 insufflations initiales avec de débuter les compresssions thoraciques (la cause principale de l'arrêt cardiaque chez l'enfant est l'arrêt de la respiration ou le manque d'oxygène)
  • Rapport " compressions thoraciques sur insufflations " :
    • 15 compressions pour 2 insufflations

3.7.2 Cas particuliers chez le nourrisson

  • Réaliser 5 insufflations initiales avec de débuter les compresssions thoraciques (la cause principale de l'arrêt cardiaque chez le nourrisson est l'arrêt de la respiration ou le manque d'oxygène)
  • Rapport " compressions thoraciques sur insufflations " :
    • 15 compressions pour 2 insufflations

4. Complications - Incidents - Accidents

  • Inefficacité de la libération des voies aériennes
  • Mauvaise position des mains
  • Compression thoracique trop forte pouvant entraîner des lésions graves du thorax et des poumons
  • Compression thoracique non verticale pouvant entraîner des lésions graves du thorax et des poumons

5. Surveillance

  • Contrôler le pouls carotidien :
    • Tous les 5 cycles de 30 compressions pour 2 insufflations
    • Si la victime réagit
  • Si le pouls carotidien est perceptible, contrôler la respiration :
    • Si elle est présente et efficace : installer la victime en position latérale de sécurité (PLS)
    • Si elle est absente : réaliser 10 insufflations puis contrôler à nouveau la respiration et le pouls
Mise à jour le 30/1/2018
Morgan PITTE
Infirmier Cadre de santé
Rédaction EspaceSoignant.com

Références

  • Ministère de l'intérieur de la République Française, Direction générale de sécurité civiles et de la gestion des crises. Recommandations "Prévention et secours civiques de niveau 1" (PSC1) ». Ministère de l'intérieur de la République Française ; 2017.
  • Ministère de l'intérieur de la République Française, Direction de la défense et de la sécurité civiles. Référentiel national de compétences de sécurité civile relatif aux « Premiers secours en équipe de niveau 1 (PSE1) », 3ème éditions. Ministère de la l'intérieur de la République Française ; 2009.
  • Ministère de l'intérieur de la République Française, Direction de la sécurité civile. Référentiel national de compétences de sécurité civile relatif à la « Prévention et secours civiques de niveau 1 », 2ème éditions. Ministère de la l'intérieur de la République Française ; juillet 2009.
Bonjour, et bienvenue sur Soins-Infirmiers.com
Il semblerait que vous utilisiez un bloqueur de publicité. C'est votre droit. Tous les services de Soins-Infirmiers.com sont gratuits pour mieux vous accompagner au quotidien.
Sans la publicité qui finance le développement du site, Soins-Infirmiers.com ne peut pas vivre.

Nous vous invitons à désactiver votre bloqueur de publicité lorsque vous êtes sur Soins-Infirmiers.com,
et à recharger la page pour poursuivre votre navigation

Merci de votre soutien !
Mon bloqueur est désactivé, je recharger la page